Je suis une personne qui a fait de la représentation toute sa vie. J’ai commencé en étant représentante pour de la photo et pour de la téléphonie cellulaire. Il y a 7 ans, j’ai décidé de partir ma compagnie d’objets promotionnels. Cela fait maintenant 6 ans que Diane Aubé promotions existe.

Cette compagnie a été créé un peu en réponse à un défi que quelqu’un m’a dit un jour, soit que j’aurais ma place dans le monde des objets promotionnels. Ma réponse a été «pourquoi pas»! Alors je me suis plongée dans ce monde pour mieux le connaître. Je me suis tout de suite sentie à l’aise, car j’arrivais dans un domaine où on touchait à de la vente, où on rencontrait le client et où on répondait aux besoins de la personne. Ça venait à l’opposé un peu de la gestion de problèmes et/ou de produits et ça me faisait du bien.

J’aime répondre aux besoins des clients. La vente par l’objet promotionnel me permet de combler ces besoins et me permet de rencontrer directement les clients, car je leur rappelle qu’un objet promotionnel est l’image de leur entreprise. C’est une des raisons pour laquelle il est important de réfléchir à notre entreprise pour s’assurer que ce que nous offrons correspond bien à notre image et à ce que l’on veut dégager. L’objet promotionnel peut servir à plusieurs fins et il faut savoir utiliser le bon objet pour le bon but. Il faut savoir si on veut viser nos clients actuels, futurs clients, nos employés actuels ou futurs. Pour ces personnes, l’objet promotionnel pourra tout à la fois servir à la rétention d’employés, rétention de clients, sollicitation de nouveaux clients, etc.

Ce que j’apprécie particulièrement de la vente, c’est l’aspect de la relation humaine. En plus de répondre à leurs besoins, je sais tout de suite si ce que j’offre plaît ou non. La réaction est immédiate. Si la réponse n’est pas celle escomptée, je cherche d’autres options, d’autres possibilités. Je le fais aussi lorsque la réaction est positive. Ça me pousse à travailler sur moi, à trouver LA réponse et la soumettre au client, de devenir meilleure. Je ne prends jamais rien pour acquis car il faut toujours aller plus loin. Dans le monde de l’objet promotionnel ça se traduit par la recherche d’une nouvelle stratégie, d’une nouvelle façon de se faire voir.

Je propose une idée, un objet à mon client. Ce dernier est bien satisfait et on va de l’avant avec cette stratégie. Après la rencontre, lorsque je retourne à mon auto, oui je suis contente et satisfaite de mon travail. Par contre, je vois plus loin et pense à l’an prochain à pareille date: je devrai encore trouver une bonne stratégie, meilleure que celle actuelle. Simplement parce que c’est important et que le marché bouge et demande de s’adapter constamment. C’est de moins en moins facile d’arriver avec de nouveaux produits avec le marché actuel. Je dis toujours que le «bouton à 4 trous» a déjà été inventé. Heureusement, tout l’aspect techno est présent et prend davantage de place. Ça me permet d’innover dans mes idées.

De cet aspect découlent les méthode qui ont beaucoup évoluées. On a principalement multiplié nos façons d’imprimer. Avant, l’impression se faisait sur de la céramique, par couleurs à plat, sur des crayons. Aujourd’hui, il est possible de faire n’importe quel type d’impression sur n’importe lequel produit.

Bon, il est certain que des produits plus «classiques» tels que le crayon et le t-shirt auront toujours leur place sur le marché. Mais les objets plus techno prennent davantage de place en raison de toute l’évolution dans ce domaine. Et c’est normal, car ils sont de plus en plus présent dans le quotidien et dans le cadre du travail. On n’a plus besoin d’être représentant pour avoir des écouteurs bluetooth ! Monsieur et madame tout le monde en utilise maintenant. Ça prouve donc que les accessoires techno ont bien leur place sur le marché de l’objet promotionnel. Des accessoires qui s’utilisent occasionnellement ont moins la quote maintenant si on veut réellement avoir un objet promotionnel qui nous ressemble.

Le meilleur exemple est lorsque j’ai décidé de me lancer dans l’objet promotionnel pour le Rotary. Je suis arrivée là pour le côté caritatif. Étant déjà dans le promotionnel, je me faisais souvent demander de faire «çi ou ça», «on aurait besoin de tel produit», etc. J’ai vite réalisé qu’il y avait un besoin. Les fournisseurs que nous avions étaient américains et nous fournissaient des produits corrects, mais sans plus. Je considère que les Québécois sont un peu différents dans leur approche, dans leur façon de voir les choses et je voulais que les produits proposés soient plus près de la réalité d’ici.

Dans cette optique là, en même temps que mon arrivée correspondait au moment où le Club Rotary changeait son image, le désir de ce dernier de rajeunir son image était une belle occasion. Les gens voyaient beaucoup le Rotary comme un groupe de personnes âgées qui se réunissaient de temps en temps, un milieu d’hommes principalement. Je leur ai donc suggéré de prendre le virage non seulement avec un nouveau logo, mais aussi via la valorisation par l’objet promotionnel plus actuel, qui répond aux demandes et aux besoins des Québécois qui ont le potentiel de devenir Rotarien.  Il n’était donc plus question de parler seulement des accessoires de voyage ou d’articles de bureau, mais davantage des produits qu’on peut utiliser au quotidien. L’objet promotionnel ça sert à parler de nous alors qu’on ne parle pas.